Ô​-​Rage (2014)

from by D' de Kabal

/
  • Streaming + Download

     

about

Issu de l'album Solliloques du Chaos (2015)

lyrics

Ô-Rage

Il pleut si fort, il pleut de rage,

La pluie dévore même les plus sages,

Nos idées souffrent, précarisées,

Et nos hantises ont gangréné

Il pleut la mort, il pleut la rage,

Il pleure des corps, gronde l’orage,

Les guerriers gisent, membres brisés,

Et nos vertiges nous ont armés.

Un fracas épouvantable juste au-dessus de nos têtes,

Un tonnerre sourd, comme si nos tympans avaient pris perpète,

Le sentiment que des sacs de viandes sont lâchés des airs,

Ce sont des corps sans vie qu’ils jettent de leurs hélicoptères.

En ces temps troubles il ne faut pas être révolutionnaire,

La Milice rôde, elle efface le moindre apprenti incendiaire,

Les chaînes de télé avaient pourtant pris soin de nous avertir,

Ceux qui ne rampent pas dans les rangs essuieraient les tirs,

Croisés, groupés, concentrés, nourris et meurtriers,

groupés, concentrés.

Ne pleure pas petit, dis-moi donc qui t’avait menti ?

Tu croyais accéder à l’Eternité en venant ici ?

Qu’est-ce que tu croyais ? Tu te voyais en Guy Moquet ?

Produisant des écrits que tout le monde lirait ?

La Mort est là mais moi je ris quand même,

Encore un bleu qui pensait qu’une guerre pouvait être saine.

Il pleut si fort, il pleut de rage,

La pluie dévore même les plus sages,

Nos idées souffrent, précarisées,

Et nos hantises ont gangréné.

Il pleut la mort, il pleut la rage,

Il pleure des corps, gronde l’orage,

Les guerriers gisent, membres brisés,

Et nos vertiges nous ont armés.

Nous avons été trompés depuis le tout premier jour,

Quand on nous a fait croire que l’ennemi avait dérobé L’Amour,

Alors nous sommes venus de partout, enrôlés à tour de bras,

Engagé nos propres vies dans la défense de l’élémentaire droit,

Trompés par nos chefs, abusés par la presse, nous sommes rapidement devenus de sanguinaires

mercenaires,

Coincés dans une bande de lutte d’urgence, nous étions affamés et coléreux,

On s’est dirigé comme un seul homme, mais comme un seul homme dangereux,

Vers les réserves mondiales,

Nous avons dynamité les piliers de nos fables.

Eparpillée la Foi, l’Honneur démembré, la Dignité gommée,

Orphelins de guerre, sans père, ni mère, sans idée à défendre,

Vivre dans un monde de paix c’était comme nous pendre,

Plutôt crever que de se faire prendre, vendre ou fendre.

Ce n’est pas la guerre de Troie, pas d’éternité ici,

S’ils nous ont volés, je les tuerai jusqu’au dernier, maintenant que cela est dit.

Il pleut si fort, il pleut de rage,

La pluie dévore même les plus sages,

Nos idées souffrent, précarisées,

Et nos hantises ont gangréné.

Il pleut la mort, il pleut la rage,

Il pleure des corps, gronde l’orage,

Les guerriers gisent, membres brisés,

Et nos vertiges nous ont armés.

(Blatt)

Je fus en premier lieu saisi par le souffle chaud du sang des autres qui coulait à flots,

J’ai rempli mes naseaux,

Inspiré jusqu’au vertige,

Puis j’ai vomi nos souvenirs, résidus de nos vestiges,

Nous étions mort-nés, encastrés dans des certitudes usées

Nous étions armés, sans aucune formation,

Nous nous sommes alors formés en mortuaires escadrons,

Nous avons dénombré nos premières victimes,

Rendu compte de la différence entre guerre et crime,

Les explosifs artisanaux n’ont pas de face ni de regard,

Ils frappent à l’aveugle quelle que soit la couleur de l’étendard.

J’ai moi-même mis en terre des soldats plus jeunes que mon fils,

Sans savoir quel camp ils servaient, sans avoir le moindre indice,

Une bataille sans uniforme est une bataille sale,

Je suis un enfant de la guerre sale, je suis L’enfant qui a mal.

Il pleut trop fort et c’est une pluie de rage

La pluie dévore tout, tout même les plus sages

Nos idées souffrent, meurent précarisées

Et nos hantises ont gangréné.

credits

from AIRS D'OUTRE​-​SOMBRE, released January 28, 2015

tags

license

all rights reserved

about

D' de Kabal Bobigny, France

contact / help

Contact D' de Kabal

Streaming and
Download help