Carla​-​Cilia (2009)

from by D' de Kabal

/
  • Streaming + Download

     

about

Issu de l'album Autopsie D’Une Sous-France (2009)

lyrics

Cécilia, première dame de France, j’ai rêvé de toi, un rêve à la fois doux et rance. Carla-Cilia, Cécilia... Ex-première dame de France.
Par une froide soirée d’hiver, mes collègues t’ont kidnappée, bâillonnée, au fond d’une fourgonnette ils t’ont abandonnée. « Ferme ta gueule, grosse timpave ! » Tu ne comprends rien à ce qu’ils disent, déjà tu en baves.
En quelques jours à peine, pour te faire comprendre, tu parles comme eux : « J’ai faim, me laisse pas en galère, mon vieux ! » Tu es méconnaissable, mais c’est bien toi, Carla-Cilia. Au fond de toi gémit mademoiselle la honte, mais tu ne l’écoutes pas, Carla-Cilia. Au bout de deux semaines on te laisse sortir, tu découvres ta nouvelle demeure.
T’es dans une tour de béton, insalubre et grise, tu voudrais qu’on te pousse dans le vide pour qu’à l’instant tu meures. Mais tu ne mourras pas, tu vas survivre, comme nous autres ; un ange démon gardien surveille tes déplacements, tu n’as pas le droit à la faute. Le 9-3 c’est tellement grand, même si tu le pouvais, tu ne prendrais pas la poudre d’escampette.
Alors on te file un petit job dans un mini-supermarket, et tu côtoies chaque jour de ta misérable nouvelle vie les miens, nous qui donnons tellement de fil à retordre à ton mari. Chaque jour tu croises la petite misère et le désarroi, mais toi ça ne te touche pas, tu restes Carla-Cilia. Tu n’es pas comme nous, tu es insensible à ce qui est beau de par chez nous, tu méprises ceux que tu croises, leur regard est pour toi comme une ruée de coups.
Très vite tu comprends que ta paye de caissière ne suffit plus, depuis qu’on t’a laissé à charge trois bambins sans parents, ni papiers, ni statut. Alors tu fais la queue à la CAF 93, tu te bats, tu fais ce qu’il faut, tu remplis les formulaires. Il t’aura fallu deux heures pour comprendre qu’il faut prendre un numéro pour avoir le droit d’être reçue comme de la deu’mer. Après quatre heures dans le bâtiment, tu es une femme au-delà de la crise de nerfs. Tes larmes sont abondamment tombées quand ton attente a été enfin récompensée. L’impression de renaître quand tu apprends que les allocs allaient t’être versées.
Tu vas pouvoir acheter des vêtements pour tes chiards, mettre des fleurs sur la table pour égayer la vie dans ton mitard. Carla-Cilia, tes enfants ne mangent pas à leur faim, tu te couches chaque soir remplie d’angoisse en pensant au lendemain. Les regards de ceux qui te jugent sans savoir à quel point tu te bats te tuent à petit feu, comment conserver un minimum de dignité quand l’existence est si misérable ? Si au moins vous étiez deux. Et tu te mets à penser à lui, lui qui remue ciel et terre pour te retrouver. Le président de tous les Français est torturé par le remords, il est effondré. Il peine à dissimuler sa détresse dans le petit écran, il clame que ces terroristes méritent de faire un exemple en matière de châtiment. Mais sa fermeté apparente n’est pas du tout crédible, le téléspectateur lit la panique et le désespoir au fond de ses pupilles. Carla-Cilia, toi aussi tu t’effondres, voir Nicolas si faible dans le poste a fini de t’achever, ta geôle de béton bascule de plus belle dans la pénombre, si tu n’avais pas ces trois enfants en ta compagnie, tu te serais supprimée.
Alors tes ravisseurs t’emmènent voir un psy dans un centre social, c’est loin d’être Neuilly mais l’accueil est plutôt chaleureux et amical. Tu te sens mieux, parler t’a partiellement libérée, les antidépresseurs prescrits vont pouvoir calmement travailler.
Et l’alcool fait son entrée remarquée, le mélange des substances est en train de finir de te métamorphoser. Carla-Cilia, tu n’étais pas très jolie, mais là tu es vilaine, tes yeux sont vides et ton corps raconte sa peine. Tu pries pour que ton homme vienne à ton secours, mais le 9-3 regorge de coins sombres, planques des scélérats et des fourbes. Les années passent, bientôt cinq ans que tu as disparu. Les enfants grandissent et toi, chaque jour, tu es de plus en plus perdue. La première dame de France est devenue madame tout le monde, de plus en plus de médocs pour éviter que le chagrin ne l’inonde. Carla-Cilia, ton cœur en mille s’est brisé quand tu as vu ton mari en visite électorale dans le quartier.« Chéri, tu m’as retrouvée », que tu lui as dit en criant, le président de tous les Français t’a honorée d’un regard des plus méprisants. La foule massée nombreuse pour le conspuer, comme un seul homme s’est esclaffée. Carla-Cilia, tu as tellement changé, comment aurait-il pu te reconnaître ?
Une femme amère et avinée qui se fait passer pour la maîtresse de maison de l’Élysée, c’est plutôt vachement drôle, il faut le reconnaître. Carla-Cilia, ta déchéance est un exemple, demain on l’enseignera dans tous les lycées de France. Tu as succombé à la misère et au mépris,
tu fais maintenant partie de la sous-France.
Carla-Cilia, ex-première dame de France, j’ai rêvé de toi, un rêve à la fois doux et rance. Doux et rance.

credits

from AIRS D'OUTRE​-​SOMBRE, released January 28, 2015
musique : YED

tags

license

all rights reserved

about

D' de Kabal Bobigny, France

contact / help

Contact D' de Kabal

Streaming and
Download help